MS 609: Edition PrinciplesMS 609 : Les principes de l’edition

contact/reportcontacter / signaler

Transcription

In his study of MS 609 of the Bibliothèque municipale de Toulouse, Yves Dossat described the paleographic and codicological character of the manuscript in great detail1. The manuscript represents the typical features of a thirteenth-century notarial hand, for example æ is entirely absent, the letters u and v are interchangeable, etc.

The transcription has remained as faithful to the original text as possible. All i are transcribed as-is without recourse to j. Consonant u is transcribed as v as scribes conflated the fricative v and b (as found in modern Spanish); this conflation appears especially in place names (Bazege, Vasege) and personal names (Bolbena, Bolvena, Volvena). The distinction between c and t is determined by context, and in the case of names, it follows spelling convention. Scribal variations in prefixes such as con- and com- are preserved.

Abbreviations

The most striking aspect of the manuscript is the overwhelming use of abbreviations for the most common vocabulary of this inquisition. Thus ado. may indicate adoravit, adoraverunt, adorare, etc; d.h. may represent dicto heretico, dicta heretica, dicti heretici, etc. To ensure maximum readability, all abbreviations have been expanded to their conjugated or declined forms without editorial annotation. All scribal symbols are converted to words, for example “¬” as et and “÷” as id est. Dates and numbers are inconsistently expressed in the manuscript such that one finds VI, VI° and sexto used interchangably; they are left as found, including non-standard forms such as IIII for the number 4. There are almost no currencies mentioned in the manuscript.

Names

The most challenging part of transcribing and understanding this inquisitorial registry is the identification of personal names2. There are three orthographic problems: abbreviation, spelling variation, non-Latin names. Because a tremendous amount of the value of this manuscript and this study's conclusions are dependant on correct identification of names, all annotations are made to maximize transparency. Expanded abbreviations of names are marked with [ ] when the abbrevation is too short to draw a self-evident conclusion. For example Petrus can be found as p, , pꝯ, and Petrꝯ. The first three are rendered “P[etrus]” in transcription, the latter as “Petrus” . In the case of names with spelling variations such as with Raimund (Raimundus, Raymundus, Ramundus), all instances expanded by the editor are rendered with the same spelling. In the cases where a name cannot be understood in context, it is left as an abbreviation. Thus b. is left as-is if it cannot be confidently defined as Bernardus, Bertrandus, etc. Scribes shifted back and forth between Guillelmus and Willelmus for the same person. No changes are made to this, so G. or W. are expanded respectively. Common names are almost always declined in the manuscript, and so all editorial expansions are declined as well. If a name is fully written out in the manuscript, it is transcribed as-is without correction.

A different problem arises with family names. They are almost always written out, but they suffer from great spelling variance and are often undeclined. For example, the most frequently mentioned personality from Le Mas is Arnald Godalh. His family name has been written variously as Godal, Godalh, Godeul, Goteul, Gotes, Godes, inter alia. We find the same with La Vauza, Savauza. These variations are left-as is, uncorrected and undeclined. The modern French spelling d'Alaman may be written Daleman, de Aleman, den Aleman, etc. These are also left unchanged. The boundary between Latinized and Occitan names in the manuscript is unclear, therefore no names are italicized unless it clearly contains an Occitan word, such as “Petrus Bernardi, lo mazeler ” .

Capitalization follows English norms for personal, place and formal names, for example Bernardus de Manso, lo Radelh, and sexto Kalendas Marcii.

Punctuation

The manuscript contains fullstops indicating a variety of short forms, abbreviations, and pauses, and diagonal hyphens to indicate word breaks over two lines. These have been set aside in favour of a modern punctuation added to introduce maximum legibility to a text which features phrases spanning many lines. Commas and hypens clarify subordinate and relative clauses. Long phrases connected with et (but containing different subjects) have been broken into descrete sentences using a full-stop. These generally reflect the inquisitors' question-answer formula. Numerous paragraphs containing lists of people separated by nothing or et have demanded the use of semi-colons.

Margin Notes

MS. 609 contains margin notes from the original inquisitors and early modern researchers3. The edition is only concerned with original inquisitors' notes. Notes appear in the left- and right-hand margins of folios. The web edition reflects the original position of margin and interliner notes. To preserve print space, the print edition moves all margin notes to the right-hand side but maintains their vertical positions. Left and right margin notes are marked with (l) or (r) respectively to indicate their place in the original. Interlinear notes are printed in place.

Summary of Annotations

Comparison of editorial annotations in the different editions found on de Heresi:

Annotation Web: Interpretive Edition Web: Diplomatic Edition Print TEI Markup
lacuna [ ] [ ] [ ] <gap reason="lacuna">
unreadable [...] [...] [...] <unclear>
sic correction (footnote orig) original (footnote corr) correction (footnote orig) <sic>
addition by editor [added text in brackets] [added text in brackets] [added text in brackets] <supplied reason="added">
name expansion by editor added without brackets [added text in brackets] [added text in brackets] <supplied reason="expname">
deletion by scribe (expunctus) removed from text (footnote exp) underlined in text removed from text (footnote exp) <del cause="expunctus">
deletion by editor removed from text (footnote supp) removed from text (footnote supp) <surplus reason="surplus">
foreign terms italic in text italic in text italic in text <foreign>
folio number [12v] [12v] [12v] <pb>
line number not indicated [1] not indicated <lb>

Transcription

Dans son étude portant sur le manuscrit 609 de la Bibliothèque municipale de Toulouse, Yves Dossat a exposé en profondeur le caractère à la fois paléographique et codicologique du manuscrit1. Ce dernier représente les traits caractéristiques d’une écriture notariale datant du treizième siècle, æ est entièrement absent par exemple, et les lettres u et v sont interchangeables, etc.

La transcription est restée aussi fidèle que possible au texte d’origine. Tous les i sont transcrits tels quels sans avoir recours à j. La consonne u est transcrite v puisque les scribes regroupaient v et b (constaté dans l’espagnol moderne) ; cet amalgame se manifeste surtout dans les noms de lieux (Bazege, Vasege) et les noms propres (Bolbena, Bolvena, Volvena). La distinction entre c et t est définie en fonction du contexte et dans le cas des noms, l’orthographe conventionnelle est appliquée. Les variations de scribes de préfixes tels que con- et com- sont conservées.

Abréviations

L’aspect le plus frappant du registre est l’utilisation marquante d’abréviations utilisées pour le vocabulaire le plus courant de cette inquisition. Ainsi, ado. pourrait signifier adoravit, adoraverunt, adorare, etc ; d.h. pourrait représenter dicto heretico, dicta heretica, dicti heretici, etc. Afin de garantir une lisibilité maximale, toutes les abréviations ont été étendues pour prendre leur forme conjuguée ou déclinée sans annotation éditoriale. Tous les symboles de scribes sont convertis en mots, « ¬ » comme et, et « ÷ » comme id est, par exemple. Les dates et les chiffres sont exprimés de manière inconsistante dans le manuscrit, de sorte que VI, VI° et sexto sont utilisés de façon interchangeable ; ils sont laissés intacts, dont les formes atypiques telles que IIII pour le chiffre 4. La mention d’unités monétaires est quasi inexistante dans le manuscrit.

Noms

L’aspect le plus problématique de la transcription et compréhension de ce registre inquisitoire est l’identification des noms2. Trois problèmes orthographiques sont recensés : l’abréviation, la variation d’orthographe, les noms autres que le latin. Etant donné qu’une quantité considérable de la valeur de ce manuscrit et les conclusions de cette étude dépendent de l’identification correcte des noms, toutes les annotations sont faites pour assurer une transparence maximale. Les abréviations développées de noms sont marquées par « [ ] » lorsque l’abréviation est trop courte pour tirer une conclusion qui va de soi. Petrus, par exemple, peut se présenter comme p, , pꝯ et Petrꝯ. Les trois premières abréviations sont représentées comme « P[etrus] » en transcription, et le dernier comme « Petrus » . En ce qui concerne les noms aux variations d’orthographe telles que Raimund (Raimundus, Raymundus, Ramundus), tous les cas développés par l’éditeur sont rendus avec la même orthographe (indépendamment de la variété atravers le manuscrit). Lorsqu’un nom est incompréhensible dans son contexte, il est laissé en tant qu’abréviation. Par conséquent, b est laissé tel quel s’il ne peut être assurément défini comme Bernardus, Bertrandus, etc. Les scribes alternaient entre Guillelmus et Willelmus pour la même personne. Aucun changement n’a été apporté à ceci, G. et W. sont donc respectivement développés. Les noms communs sont presque toujours déclinés dans le manuscrit, et tous les développements éditoriaux sont donc également déclinés. Si un nom est écrit en toutes lettres dans le manuscrit, il est transcrit tel quel sans correction.

Un autre problème surgit avec les noms de famille. Ils sont presque toujours écrits, mais souffrent d’une importante variance d’orthographe et sont souvent non-déclinés. Par exemple, le personnage le plus fréquemment mentionné dans Le Mas est Arnald Godalh. Son nom de famille a été écrit de différentes manières telles que Godal, Godalh, Godeul, Goteul, Gotes, Godes, inter alia. On retrouve le même principe avec La Vauza, Savauza. Ces variations sont laissées telles quelles, sans correction ni déclinaison. L’orthographe française moderne « d’Alaman » peut être écrite dans le manuscrit comme Daleman, de Aleman, den Aleman, etc. Ces versions sont également restées inchangées. La délimitation entre les noms latinisés et occitans du manuscrit n’est pas claire. Par conséquent, les noms ne sont écrits en italique que s’ils contiennent un mot occitan, tel que « Petrus Bernardi, lo mazeler » .

L’emploi de majuscules suit les normes anglo saxonnes concernant les noms propres, de lieux et formels, par exemple Bernardus de Manso, lo Radelh, et sexto Kalendas Marcii.

Ponctuation

La ponctuation a été mise en place pour instaurer une lisibilité maximale dans un texte qui contient de nombreuses phrases sur plusieurs lignes. Les virgules et traits d’union sont utilisés pour préciser les propositions subordonnées et relatives. Les longues phrases du manuscrit connectées par et (mais contenant des sujets différents) ont été coupées en phrases discrètes par l’usage d’un point final. Ceci reflète généralement la formulation question-réponse de l’inquisiteur. De nombreux paragraphes contenant des listes de personnes séparées par rien ou et ont exigé l’utilisation de points-virgules.

Annotations dans la marge

Le manuscrit 609 contient des notes dans la marge des inquisiteurs originaux et des chercheurs au XVII siècle3. L'édition sur ce site est surtout intéressée par les notes des inquisiteurs d’origine. Les notes apparaissent alors dans les marges gauches et droites des folios et rarement entre les lignes. L’édition imprimée elle, déplace toutes les notes marginales sur côté droit mais toujours en suivant la position verticale sur la page folio. Gauche et droite sont alors marquées par (l) or (r) pour indiquer leur place dans l’original. Les notes interlinéaires sont imprimées à leur place.

Resumé des signes d'interventions éditoriales

Comparaison des signes d'interventions éditoriales des éditions differentes trouvées sur de Heresi:

Signes d'intervention Web: édition interpretative Web: édition diplomatique Imprimé Markup TEI
lacune [ ] [ ] [ ] <gap reason="lacuna">
illisible [...] [...] [...] <unclear>
sic correction (footnote orig) original (footnote corr) correction (footnote orig) <sic>
addition par l'editeur [added text in brackets] [added text in brackets] [added text in brackets] <supplied reason="added">
expansion du nom par l'editeur added without brackets [added text in brackets] [added text in brackets] <supplied reason="expname">
suppression par le scribe (expunctus) removed from text (footnote exp) underlined in text removed from text (footnote exp) <del cause="expunctus">
suppression par l'editeur removed from text (footnote supp) removed from text (footnote supp) <surplus reason="surplus">
mot étranger italic in text italic in text italic in text <foreign>
numero du folio [12v] [12v] [12v] <pb>
numero du ligne not indicated [1] not indicated <lb>